Événement

Formation continue

INTIMITÉ, SEXUALITÉ ET PSYCHOTHÉRAPIE : CONSIDÉRATIONS THÉORIQUES, CLINIQUES ET SCIENTIFIQUES

Conrad Lecomte, Ph.D., Psychologue
Reconnaissance OPQ : 6 heures
Québec, vendredi 23 février 2018, 9h00 à 16h30

Problématique

Malgré l’omniprésence des enjeux d’intimité et de sexualité en psychothérapie, ce domaine demeure un sujet peu connu tant dans la pratique professionnelle que dans la formation. Malgré les consignes claires des codes d’éthique prohibant les comportements sexuels en psychothérapie, plus de 9 % des psychothérapeutes rapportent avoir eu des relations de nature sexuelles avec leurs patients(es). Une analyse d’inconduite sexuelle chez 300 psychothérapeutes permet de conclure que la seule connaissance des règles éthiques ne suffit pas. Les prohibitions ou inhibitions ne font qu’occulter temporairement des expériences affectives importantes pour l’évolution du processus thérapeutique. Malgré des connaissances théoriques du transfert et du contre transfert, la majorité des psychothérapeutes rapportent ne pas avoir été formé à réguler leurs propres états internes dans le contexte relationnel d’expériences affectives d’intimité et de sexualité. Une reconceptualisation approfondie des enjeux transférentiels et contre transférentiels appliquée au processus thérapeutique semble des plus pertinente. Établir un lien émotionnel fiable essentiel avec des patients(es) qui ont peu ou pas connue cette expérience relationnelle suscite des réactions émotionnelles complexes autant chez le psychothérapeute que le patient(e). Plusieurs psychothérapeutes en difficulté mentionnent le besoin d’avoir une compréhension articulée des expériences d’intimité, d’affection, d’attachement, d’amour, de pouvoir et de sexualité se manifestant en psychothérapie. Comment transformer un transfert érotique en une expérience relationnelle thérapeutique ? Comment gérer les frontières relationnelles et maintenir un cadre thérapeutique tout en maintenant un travail thérapeutique au plus près de la détresse d’un patient(e) ? Comment naviguer dans le brouillard de telles eaux troubles et agitées pour arriver à bon port ? La nécessité de s’engager dans le développement d’une conscience réflexive de soi et des autres tout au long de notre vie de psychothérapeute semble incontournable.

Besoin

Même si tous reconnaissent les effets néfastes de l’inconduite sexuelle en psychothérapie, ce phénomène demeure méconnu. Plusieurs thérapeutes soulignent le besoin d’apprendre à réguler l’expérience d’intimité inhérente au processus thérapeutique. Suis-je responsable d’un transfert érotique? Comment créer un espace relationnel où l’intimité, l’affection voire l’amour peuvent être explorés en toute sécurité permettant une nouvelle expérience relationnelle et des avancées thérapeutiques?

Objectifs généraux

1- Connaître les recherches sur les inconduites sexuelle en psychothérapie

   a. Connaître l’état des connaissances sur les facteurs de risque d’inconduite sexuelle en psychothérapie

   b. Connaître les impacts de l’inconduite sexuelle sur les patients(es).

2- Maitriser la reconceptualisation intersubjective du transfert et du contre transfert : implications théoriques et cliniques

3- Connaître et articuler les notions d’attachement, d’intimité, d’affection, d’amour, de pouvoir et de sexualité en psychothérapie émotionnelles intenses

4- S’initier au processus d’intervention impliquant des expériences affectives intenses

5- Connaitre les enjeux de l’attachement dans l’établissement d’un lien émotionnel fiable

Formateur:

Conrad Lecomte Ph.D. Psychologue, membre de l’Ordre des Psychologues. Professeur, Université de Montréal, associé aux départements de psychologie de l’UQAM, de l’université de Sherbrooke et de Paris 8. Formateur et superviseur clinique depuis 1975. Intérêt et expertise : les facteurs explicatifs de l’efficacité thérapeutique et les processus de formation et de supervision clinique

Clientèle : Psychologues, Psychothérapeutes en exercice, Médecins

Durée de la formation :  Une journée: format de 6 heures

Contenu :

1- Connaître les recherches sur les inconduites sexuelle en psychothérapie

a. Connaitre les caractéristiques des psychothérapeutes liées à l’inconduite sexuelle

b. Connaître les facteurs explicatifs de l’inconduite sexuelle c. Connaître les impacts de l’inconduite sexuelle sur les patients(es).

2- Maitriser la reconceptualisation du transfert et du contre transfert et ses implications cliniques dans une perspective intersubjective

3- Connaître et articuler les notions d’attachement, d’intimité, d’affection, d’amour, de pouvoir et de sexualité en psychothérapie inscrits dans les processus interdépendants de régulation de soi et de régulation interactive

4- Reconnaître et décrire l’expérience « mise en acte »(enactement) en liens avec les enjeux de la régulation des états internes du psychothérapeute et du patient(e).

5- Utiliser avec pertinence contextuelle le dévoilement de soi dans l’ici et maintenant fondé sur la régulation des états internes et des frontières relationnelles fiables.

6- Se familiariser avec la régulation de ses états internes dans des situations relationnelles émotionnelles intenses

7- Établir et maintenir le cadre thérapeutique tout en créant un espace d’intimité thérapeutique:  dévoilement de soi, frontières et cadre thérapeutique.

8- S’initier au processus d’intervention impliquant des expériences affectives intenses (amour, haine, érotisme, sexualité)

9- S’initier à réparer le lien émotionnel de confiance suite à des fluctuations, des ruptures pour restaurer l’alliance thérapeutique

10- S’engager dans le développement de la conscience réflexive de soi et des autres en interaction et maintenir une telle posture dans la pratique de la psychothérapie.

Méthodes pédagogiques

a. Présentation didactique : initiation aux concepts fondamentaux

b. Analyses de situations cliniques de supervision

c. Discussions en groupe

Références

Ackerman, S. J., & Hilsenroth, M. J. (2003). A review of therapist characteristics and techniques positively impacting the therapeutic alliance. Clinical Psychology Review, 23(1), 1-33

Anderson, T. & al. Therapists effects : facilitative interpersonal skills as a predictor of therapist success. Journal of Clinical Psychology, 65, 755-768.

Celenza, A. (2007). Sexual boundaries violations: therapeutic, academic and supervisory contexts. New York, N.Y. : Jason Aronson

Dimen, M. (2003) Sexuality, intimacy and power. Hillsdale: Analytic press . Fossaghe, J.(1994) Toward reconceptualizing transference : Theoretical and clinical considerations. Int. J. of Psycho-Anal, 75, (2):265-280

Fossaghe,J.(1995) Countertransference as the analyst’s experience of the analysand :influence of the listening perspectives. Psychoanalytic psychology. 12(3):375-391

Gabbard, G.O. (2017) Sexual boundaries violations in psychoanalysis: a 30 years retrospective. Psychoanalytic psychology, 34, 2 :151-156

Gabbard, G. O. (1996). Lessons to be learned from the study of sexual boundary violations. American Journal of Psychotherapy, 50, 311–322.

Jurist, E. The promise of love revisited. Healing ruptures through recognition. Psychoanalytic psychology: 34, 2: 186-194

Lecomte, C. (1984). Sexualité, intimité et relation d’aide. Psychologie Canadienne. 25 :1 : 43-51

Lecomte, C., et Savard, R. (2012). La supervision clinique : un processus de réflexion essentiel au développement de la compétence professionnelle, p. 315-348. In T. Lecomte et C. Leclerc (dir.).Manuel de réadaptation psychiatrique. Montréal : Presse de l’Université du Québec.

Lecomte, C., Savard, R., Drouin, M.-S. et Guillon, V. (2004). Qui sont les psychothérapeutes efficaces ? Implications pour la formation en psychologie clinique. Revue Québécoise de Psychologie, 25(3), 73-102.

Lecomte, C. (1999). Face à l’incertitude et la complexité humaine: l’impossibilité de se défaire de soi. Revue Québécoise de Psychologie, 20(2), 37-63.

Safran J.D. & Muran, J. C. (2000). Negotiating the therapeutic alliance. New York : The guilford Press.

Lecomte, C. (2016) Processus d’intervention et de réparation des perturbations et des ruptures relationnelles. Texte inédit.

Maroda, K.L. (1998) Seduction, surrender and transformation : emotional engagement in the analytic process. Hillsdale: the Analytic Press Pope, K.S. (1990) How clients are harmed by sexual contact with mental health professionals: The syndrome and its prevalence. Clinical psychology review, 10: 477- 490.

Smith, T. L., Barrett, M.S., Benjamin, L.S., & Barber, J. P. (2005). Relationship factors in treating personality disorders. In L. G. Castonguay and L. E. Beutler (Eds.), Principles of therapeutic change that work (pp. 219–238). New York: Oxford University Press.

Pizer, B. (2017) “Why can’t we be lovers?” When the price of love is the loss of love. Boundaries violations in a clinical context. Psychoanalytic psychology: 34. 2: 163-168

Stolorow,R. F. & Lachmann, G. (1985) Transference: the future of an illusion. Annal of Psychoanalysis, 12/13, 19-37. Valiquette, M., Sabourin,S. & Lecomte, C. (1990). L’intimité sexuelle en psychothérapie. Revue Québécoise de psychologie, 11,1, 52-75


Lieu

Hôtel Classique
2815, boulevard Laurier
Québec (Québec)
G1V 4H3

Téléphone : 1-418-658-2793
Sans frais : 1-800-463-1885

Stationnement gratuit – Dîner inclus!

Google Maps


Inscription

Les taxes sont incluses dans les prix

Membre Psychologue de Québec et Chaudières-Appalaches
Inscription à partir du samedi 8 juillet 2017, à 14 h 45
129,00 $ *
Membre Invité Psychologue autres régions
Inscription à partir du samedi 8 juillet 2017, à 14 h 45
129,00 $ *
Étudiant Doctorat en psychologie
Inscription à partir du samedi 8 juillet 2017, à 14 h 45
95,00 $
Invité Psychothérapeute et médecin
Inscription à partir du samedi 8 juillet 2017, à 14 h 45
229,00 $
* Psychologue : Frais de cotisation annuelle au RPCCQ 46,00 $